Kamel Yahiaoui - portrait

The genesis of Kamel Yahiaoui’s work is conceived with his life, from his birth to this day.The work, the artist’s approach are enriched with his real-life experiences, going through all the paths, from the bumpiest, to the quiet avenue ever though this one had never been the most frequent.
The sum of his real-life experiences shaped his ideas, his revolts and delights. The sum of life events, his unusual sensitivity, to the fate of his human brothers and sisters activated this passionate desire to create; this obsession, this strength to keep on going. The need is uncontrollable, just urgent.

Kamel Yahiaoui was born in Algeria in 1966, where he spent his childhood before leaving for France at the beginning of the 90s, in the Casbah of Algiers; a magic place, object of all the western fantasies. There, the Ottoman architecture of places is at the same time paradoxically magnificent and completely in ruin.
It is this special place Casbah swarming of thousand lives, connected by poverty and closeness; where life from morning till night is filled with painful constraints, filled with inventions to survive and also imagination, which will forge his esthetics and his convictions.
How not to be strucked by the procession of garbage collectors donkeys in the narrow alleys, the militias of rats and cats that cover the streets? It is a necessity to connect witch each other to survive, opportunities to meet people : you take your bath in the Moorish baths, your laundry dry on the terrace, to wash the dishes you go in the inner courtyard.
Life is a succession of shared places and resources. This reality Kamel did not fantasize about or furtively perceived it, he actually lived and felt it day after day.
The artist is filled with the story of this country, that he lives work after work, with his pigments, his doubts and his presentation.

Very early on, Kamel Yahiaoui knew through his work how to transform into wealth all the ambiguity of his country with his mixed Berber, African, Arabic, Mediterranean roots. Inhabitant of Algiers of Kabyle origin, he found back in his journeys in sub-Saharan Africa the tracks of his Berber maternal culture and very early he asserted himself as African.
The human condition and the injustice are for him sincere fights he cannot escape without betraying himself nor betraying his history.
The public in terms of admiring and sharing, is touched by his works, whatever his culture, the public recognizes himself is it.
Kamel avoids the seduction in a visceral way. His work always arouses strong reactions ; warned or not, we are  » trapped  » and forced to look, to decode; the message conveyed by his work…
Emotion is always awaiting you.

His work , life, impossible to cross the finest blade between both to separate them. It is what the spectator finds there, the way he feels: the total absence of deceit, an integrity in the trial of life, the storekeepers of art. Here we forget about the notions of production, fashion, we know at once that it is about something deeper, more necessary; there is this concern of duration, a neurotic relationship to time which tries to transcend our finiteness. The urgency to create is tangible. We are in the memory, in the history, all go which binding with each other, here and now but also with people before us and those to come.
Kamel is a tireless researcher, nothing is simple but everything finally sets up and makes sense. In his childhood Kamel will be strongly marked by the extraordinary women inclination of his family to poetize their great moments of joy and grief , therefore the poetry will never leave him, it is part of his work as a plastics technician. Poetry is as important as chaâbi (1) music and all the Arab-Andalusian singing that he will practice in his youth.

As a young man, his predispositions for drawing and painting are evident, he is going to enter the National School of the Fine arts Algiers. He will spend four years there , showing a surprising maturity, investing his seriousness, his concentration in a panel of disciplines, abandoning the others, with an argument and already a strong one ,”time »! This happens in this unique place… in Algiers where life, relationships to other people, to any woman particularly, are not submitted to the same codes as elsewhere. He will see frequently the greatest artists and the professionals of Algiers and will be noticed by them.

In the School of Fine Arts there was a great artist whom Kamel will name “clandestine professor “, Abdelwahab Mokran. With one of his young friends painters, Slimane Ould Mohand, Kamel will spend days and nights to follow Mokrani in his wanderings in the city, in his discussions which are more similar to conferences…a chance for both of them because Mokrani exercises in front of them his keen and critical eye, his remarkable intelligence, quite at the same time sharp and delicate in addition to his knowledge and experience. This professor will be defenitly formative for Kamel.

Kamel will work a lot in Algiers and soon he will invest in revealing supports of his engaged personality against the social injustice which he undergoes with his fellow men of the popular districts of Algiers.
This commitment, he asserts it with strength in his first works: The sweat of the poor, on the dockers he meets in the Moorish Baths of Soustara where he lived lacking space at his home; the housing shortage already rages, it affects even today a big part of the population of the Casbah. Following the events of October, 1988, when more than 400 people died and when hundreds of young people are arrested and tortured, he begins a work against the torture: We torture the tortured. His work takes shape sometimes under terrible conditions but an « elsewhere » attracts him , his field experiences has to get large and his desire of freedom to be applied. Two hundred francs in his pocket, a vague french address, he leaves Algeria for Paris.
In France, the great battle will be the one of the exile. He joins the large exiles family of yesterday and today, with whom he has been close to during the painful 90s. These years left the Algerians, the artists and intellectuals, with a disturbance, a short circuit in the way of thinking about the world, the human being and about life as well . For Kamel, it is necessary to work and denounce by showing himself …showing that we exist. Kamel was the initiator of numerous exhibitions, during this decade, an urgency to say, to make, to give and to see.
The human condition takes a considerable place in his work. He denounces without ambiguity the fundamentalism that sows terror in Algeria with his series Tragedy on stage. In 1994, he settles down in Paris in the workshop of the Thermopyles street (14th district) and starts a long quest on the memory identity.
He positions himself as an African artist , underlining :« it is only the Negro in me who is expressing himself ». Begins then the work on suitcases, three series of suitcases following each other among which two resume the titles of Kateb Yacine: Mohamed take back your suitcase, The Suitcase is an itinerant roof then The Ancestors who double ferocity. Kamel Yahiaoui says advisedly «I do not finish it with the suitcase, it is my place of residence». He works with ferocity on serious topics.
Several series of works keep coming: Spasmofolies, The day researchers, The Square of innocents, The handwritten man, The man and his state, Children soldiers and The held memory. His father death leads him to the plastic confrontation with the death: he realizes a work My father is a people inspired from the clothes his father wore before his death. His thoughts turn on the racial, colonial and ethnic violence which he denounces continuously through his work on the deportations, tribute to the victims of the difference and the domination.
Absent in Algeria until the year 2000, he made a strong comeback on the Algerian stage with a symbolic exhibition to the Fine Arts School Museum of Algiers…a first big pictorial event about after terrorism times with the Asselah Foundation.
The exhibition Interrogation curtain realized by Kamel Yahiaoui in February, 2006 in the Cultural Center of Algeria in Paris provokes a debate. He indeed denounces three big “deportations”, the Africans one by the slave traders, the one of the Algerians in New Caledonia and Guiana after the 1871 revolt and the Jews during the Second World War (cf article of Harry Bellet, in Le Monde, March 3rd, 2006). The series Deportation, extinguishers of dignity is painted on jerry cans of gasoline from 1943 and 1945.
The evocation of Shoah arouses the anger of one part of the Algerian press. «It is true that I am the first artist traditionally belonging by education to the berbero-arabo-muslim culture to deal with this subject», declares then Kamel Yahiaoui who specifies: «I fight against all shapes or forms of racism, anti-semitism and against all of those who minimize the universal dimension of the genocides and the non-recognition of all the crimes against humanity».
Kamel Yahiaoui persists in his unconditional task in a letter deserving a manifesto against the hatred of Men he is considering his action as a duty.
Unmistakably, in front of the Kamel Yahiaoui’s artwork, life takes a real meaning… his characters show dark dominations and demonstrates resistance. No concession can reach him when it is a human dignity matter. He lives through his art and invites generously people to share it.
Very affected by the endless sufferings of the Palestinians, he dedicated them a series of works The children of the Intifada, in 2008. He creates a lightning installation, The Palestinian woman as well as a poem Palestine, dedicated to the victims of the massacre of Gaza that he qualifies as crime against humanity. Kamel Yahiaoui declares: «when I shall give up art, you can just prepare my coffin ». Kamel is also a poet, as many members of his family of oral tradition and many other poets inspired his works.
Among many other themes, he perseveres in his human quest, «I do not make any politics I denounce it when it goes against the human values I carry», asserts Kamel Yahiaoui.
His work does not stop to reveal veils and no one stop writing .He lives and works in Paris, and exposes his works all over the world.

Nathalie Claud
(1): chaâbi, algerian popular music

La genèse de l’œuvre de Kamel Yahiaoui se conçoit avec sa vie, de sa naissance à ce jour.
L’œuvre, la démarche de l’artiste s’enrichissent des réalités de son vécu, passant par tous les chemins, du plus cahoteux, à l’avenue tranquille quoique cette dernière ne soit pas la plus fréquente. C’est la somme de ses expériences qui ont forgé ses idées, de ses révoltes à ses émerveillements, la somme de ses vécus, sa sensibilité peu commune au sort de ses frères et sœurs humains ont déclenché ce désir, cet impétueux désir de créer.

Cette obsession, cette force de continuer toujours. Le besoin est irrépressible, urgent.Il est né en Algérie en 1966, passe son enfance jusqu’à son départ en France au début des années 90, à la Casbah d’Alger. Lieu magique, objet de tous les fantasmes occidentaux.

L’architecture ottomane des lieux est à la fois paradoxalement d’une grande magnificence et complètement en ruines. C’est en soi cette Casbah grouillante de milliers de vies, liées par la pauvreté, la proximité, où la vie du matin au soir est remplie de contraintes pénibles, d’inventions pour survivre et d’imagination qui forgera son esthétique et ses convictions.Comment ne pas être frappé par le cortège des ânes ramasseurs d’ordures dans les ruelles étroites, les milices de rats et de chats qui quadrillent les rues. Il faut se parler pour s’en sortir, les occasions de rencontres ne manquent pas : la grande toilette se fait aux bains maures, le linge des familles de chaque maison sèche sur la terrasse, la vaisselle se fait dans la cour intérieure.

La vie est une succession de partages des lieux, des ressources. Cette réalité Kamel ne l’a pas fantasmée, aperçue furtivement, il l’a vécue, éprouvée jour après jour.C’est l’histoire de ce pays dont il est imprégné, qu’il revit œuvre après œuvre, avec ses pigments, ses doutes, sa mise en scène. Très tôt, il a su dans son travail transformer en richesse toute l’ambiguïté de son pays, ses racines entremêlées, berbères, africaines, arabes, méditerranéennes.

Algérois d’origine kabyle, il a retrouvé dans ses voyages en Afrique subsaharienne les traces de sa culture maternelle berbère, très tôt il s’est affirmé comme Africain.
La condition humaine et l’injustice sont pour lui des combats sincères auxquels il ne peut échapper sans se trahir ni trahir son histoire.Le public, puisqu’il s’agit bien de cela aussi, de donner à voir, partager, est touché par ses œuvres, quelle que soit sa culture, il s’y reconnaît toujours pour lui-même.Kamel fuit la séduction de manière viscérale, son œuvre suscite toujours des réactions fortes, averti ou non, on est « piégé » par ses œuvres, il faut chercher, décoder ce qui s’impose par l’œuvre. L’émotion est toujours au rendez-vous quelle qu’elle soit. Son oeuvre-sa vie, impossible de passer la plus fine lame entre les deux pour les dissocier. C’est ce qu’y trouve le spectateur, ce qu’il ressent : l’absence totale de tricherie, une intégrité à l’épreuve de la vie, des commerçants d’art. On oublie ici les notions de production, de mode, on sait tout de suite qu’il s’agit de quelque chose de plus profond, de plus nécessaire ; il y a ce souci de durée, un rapport au temps névrotique qui cherche à transcender notre finitude.L’urgence de mettre en œuvre est palpable. On est dans la mémoire, dans l’histoire, tout ce qui nous lie les uns aux autres, ici et maintenant mais aussi avec ceux d’avant et d’après. Kamel est un infatigable chercheur, rien n’est simple mais tout finit par se mettre en place et prendre du sens.

Dans son enfance Kamel sera fortement marqué par l’extraordinaire inclination des femmes de sa famille à poétiser leurs grands moments de joie ou peine, la poésie ne le quittera jamais, elle est indissociable de son travail de plasticien, même si elle relève plus chez lui de l’intime, elle tient une grande place tout comme la chanson chaâbi ou la chanson arabo-andalouse qu’il pratiquera dans sa jeunesse.

Jeune homme, ses prédispositions pour le dessin et la peinture prennent le dessus, il va entrer à l’École Nationale des Beaux-Arts d’Alger. Il y restera en tout quatre ans, faisant preuve d’une maturité étonnante, investissant son sérieux, sa concentration dans un panel de cours, délaissant les autres, avec un argument, déjà impérieux, le temps ! C’est dans ce lieu unique à Alger où la vie, les relations à l’autre, à la femme notamment, ne sont pas régis par les mêmes codes qu’à l’extérieur qu’il fréquentera les plus grands artistes et professionnels d’Alger et sera remarqué par eux.

Aux Beaux-Arts passe un grand artiste que Kamel nommera « professeur clandestin », Abdelwahab Mokrani. Avec l’un de ses jeunes amis peintres, Slimane Ould Mohand, Kamel passera des jours, des nuits à suivre Mokrani lors de ses déambulations dans la ville, dans ses discussions qui s’apparentent plus à des conférences, une aubaine pour ces deux-là car Mokrani exerce devant eux son œil aiguisé et critique, sa remarquable intelligence, tout à la fois coupante et délicate, partage ses connaissances, son expérience. Ce professeur sera formateur pour Kamel, de façon définitive.

Kamel travaillera beaucoup à Alger, très vite il investit des supports révélateurs de sa personnalité engagée contre l’injustice sociale qu’il subit avec ses semblables des quartiers populaires d’Alger.
Cet engagement, il l’affirme avec force dans ses premiers travaux: La sueur des pauvres, sur les dockers qu’il rencontre aux Bains maures de Soustara où il a habité faute d’espace chez lui; la crise du logement sévit déjà, elle touche encore aujourd’hui une grande partie de la population de la Casbah.

Suite aux événements d’octobre 1988, où plus de 400 personnes ont trouvé la mort et où des centaines de jeunes sont arrêtés et torturés, il entame un travail contre la torture: On torture les torturés. Son travail prendra forme, dans des conditions parfois terribles, mais un ailleurs l’attire, son champ d’expériences doit s’élargir, son désir de liberté s’exercer.

Deux cents francs en poche, une vague adresse française, il quitte l’Algérie pour Paris.
En France, la grande bataille sera celle de l’exil, il rejoint la grande famille des exilés d’hier et d’aujourd’hui, les côtoient pendant les douloureuses années 90. Ces années ont laissé aux Algériens, aux artistes et intellectuels premiers visés, une perturbation, un court-circuit dans la façon de penser le monde, l’humain, la vie même. Pour Kamel, il faut travailler, dénoncer, en se montrant, en montrant que l’on existe. Kamel a été l’initiateur de nombreux projets d’exposition, pendant cette décennie, urgence de dire, de faire, donner à voir.

La condition humaine prend une place considérable dans son œuvre. Il dénonce sans ambiguïté l’intégrisme qui sème la terreur en Algérie avec sa série Tragédie sur scène .

En 1994, il s’installe à Paris dans l’atelier de la rue des Thermopyles (14ème arrondissement) et entame une longue quête sur la mémoire identitaire. Il se positionne comme artiste africain, soulignant : « ce n’est que le nègre en moi qui s’exprime». Commence alors le travail sur les valises, trois séries de valises se suivent dont deux reprennent les titres de Kateb Yacine : Mohamed reprends ta valise ,La Valise un toit ambulant puis Les Ancêtres redoublent de férocité.

Kamel Yahiaoui dit à bon escient «je n’en finis pas avec la valise, c’est mon domicile». `
Il travaille avec acharnement sur des sujets graves. Plusieurs séries d’œuvres s’enchaînent :Spasmofolies, Les chercheurs du jour, Le square des innocents, L’homme manuscrit, L’homme et son état , Les enfants soldats , La mémoire séquestrée. La mort de son père le conduit à l’affrontement plastique avec la mort : il réalise un travail Mon père est un peuple à partir des vêtements que ce dernier portait avant sa mort. Sa réflexion s’oriente sur les violences raciales, coloniales et ethniques qu’il dénonce sans répit à travers un travail mûrement réfléchi sur les déportations, hommage aux victimes de la différence et de la domination.

Absent d’Algérie jusqu’en 2000, il est revenu en force sur la scène algérienne avec une exposition
symbolique au Musée des Beaux-Arts d’Alger, premier grand événement pictural de l’après terrorisme avec la Fondation Asselah.

L’exposition Rideau d’interrogation que réalise Kamel Yahiaoui en février 2006 au Centre Culturel Algérien de Paris provoque une polémique. Il y dénonce en effet trois grandes déportations, celle des Africains par les négriers, celle des Algériens en Nouvelle-Calédonie et en Guyane après la révolte de 1871 et celle des Juifs durant la seconde guerre mondiale (cf article de Harry Bellet, dans le Monde, 3 mars 2006). La série Déportation, les extincteurs de dignité est ainsi peinte sur des jerrycans d’essence datant de 1943 et 1945. L’évocation de la Shoah suscite la colère d’une partie de la presse algérienne. «il est vrai que je suis le premier artiste appartenant par éducation à la culture berbéro-arabo-musulmane à traiter de ce sujet», déclare alors Kamel Yahiaoui qui précise : «je lutte contre toutes les formes de racisme, d’antisémitisme et contre tous ceux qui minimisent la dimension universelle des génocides et la non-reconnaissance de tous les crimes contre l’humanité».

Kamel Yahiaoui persiste dans sa tache sans condition dans une lettre digne d’un manifeste contre la haine des Hommes, il considère son action comme un devoir. Incontestablement face à l’œuvre de Kamel Yahiaoui la vie a un sens, ses personnages témoignent des obscures dominations et manifestent de la résistance. Aucune concession ne peut l’atteindre dès qu’il s’agit de la dignité humaine, il habite son art et invite généreusement les gens à partager.

Très affecté par les souffrances sans fin du peuple palestinien il lui a dédié une série d’œuvres Les enfants des Intifada, en 2008, il crée une installation foudroyante, La Palestinienne ainsi qu’un poème Palestine dédié aux victimes du massacre de Gaza qu’il qualifie de crime contre l’humanité. Kamel Yahiaoui déclare «le jour où j’arrêterai l’art, vous pouvez préparer mon cercueil». Kamel est aussi poète, comme beaucoup de membres de sa famille de tradition orale; plusieurs poètes ont inspiré ses œuvres.

Parmi beaucoup d’autres thèmes qu’il traite, il persévère dans sa quête humaine «je ne fais pas de la politique, je la dénonce quand elle va à l’encontre des valeurs humaines que je porte» affirme Kamel Yahiaoui. Son œuvre n’en finit pas de lever les voiles et on ne finit pas d’écrire, il vit ettravaille à Paris, expose ses œuvres à travers le monde.

Kamel Yahiaoui

Born in 1966, Algiers
Lives and works in Paris since 1991
Permanent artist in galerie KO21, Paris

ARTISTIC BACKGROUND

1985-1989 : École Nationale Supérieure des Beaux-Arts d’Alger
1990-1991 : École des Beaux-Arts de Nantes

PERSONAL EXHIBITIONS

1990 : Musee Adzak, Paris.
1995 : Galerie Sarah B., Paris.
1996 : Galerie “l’Expo”, Paris.
Universite des Sciences, Marrakech, Maroc.
1997 : Galerie Dominique Lang, Dudelange, Luxembourg.
1998 : Les Chercheurs du Jour, galerie Les Lumieres, Nanterre.
2000 : Musee des Beaux Arts d’Orleans
2002 : Galerie ARSET, Limoges.
Galerie ART’O, Aubervilliers.
2003 : Maison des Bonheur, Magny-les-Hameaux.
Lagalerie, Paris.
2004 : La Legende du Saint Buveur et projection du documentaire
sur Kamel Yahiaoui, Les Yeux d’Orphee,
cafevision, Limoges
2005 : Linge opprime, galerie de l’ACERMA, Paris
2006 : Rideau d’interrogation au Centre Culturel Algerien
2008 : Galerie du Musee des arts derniers, Paris
The dawn travellers, galerie ArtSpace, Dubai
Kamel Yahiaoui et Berluti, galerie ArtSpace, DIFC, Dubai
2009 : Fenetre du vent, Mediatheque Astrolabe, Melun
Les filtres au café Colibri, Paris
2013 : Un peintre et 19 poètes, Galerie KO21, Paris
2014 : Homotrace, Galerie KO21, Paris
2015 : Passeport d’existence, Galerie KO21, Paris
Perjuicios de identidad, Kalao Panafrican Creations, Bilbao
2016 : On nous a pas laissé que des usines, Galerie KO21, Paris

COLLECTIVE EXHIBITIONS

1986-1989 : Participation à diverses interventions et performances en Algerie.
1991 : Salon International des Artistes, Epinay sur Seine.
1993 : Hommage à Kateb Yacine, Institut du Monde Arabe,Paris.
1994 : Centre Culturel Algerien,Paris.
1995 : Galerie « l’Expo », Paris.
Les Effets du Voyage, Palais des Congres, Le Mans.
1996 : Les Artistes du Quai de la Gare invitent les artistes algeriens,
Quai de la gare, Paris.
Galerie Sarah B., Paris.
1997 : Galerie Nikki Diana Marquardt, Paris.
Identites,Diversites, la Ferme du Couvent, Torcy.
1998 : Arts et Rencontres, Musee des Ruralies, Niort.
La Communaute Urbaine de Bordeaux.
« La Galerie », Clermont-Ferrand.
Galerie ART’O, Aubervilliers.
Les Peintres du Signe, Fete de l’Humanite, La Courneuve.
La galerie l’Art et la Paix, St Ouen.
Les Parasols, Rungis.
De Quel Droit?, Musee de la Civilisation, Quebec.
1999 : Chateau de Draveil.
Chateau de Belval, Miramas, Marseille.
Galerie Ovadia, au theatre de la Manufacture et à la
Douira, Nancy.
Theatre Romain Rolland, Villejuif.
Centre Culturel Communal, Saint Pierre des Corps.
Palais des Congres, Grasse.
2000 : Exposition au Musee des Beaux-Arts d’Alger.
Musee Rigaud et à la Salle des Archives.
La Creation contemporaine en Algerie,
Bibliotheque Francophone Multimedia, Limoges.
Picasso graveur, Kamel Yahiaoui peintures sculptures,
Salle Attane, Saint-Yrieix.
2001 : Exposition à l’Abbaye de Royaumont.
GalerieAnissa, Marseille.
Musees Vivants, Lycee Jean Mace, Niort.
Chapelle Saint-Louis de la Salpetriere, Paris.
L’Art du Livre Arabe, Bibliotheque Nationale de France.
École Nationale des Beaux-Arts, Paris.
Galerie ART’O, Aubervilliers.
2002 : Docks du Sud, Marseille.
2003 : Espace Paul Rebeyrolle, Eymoutiers.
Le genie de la Bastille.
Voyages d’Artistes, Espace EDF Electra.
2004 : Malles d’artistes, Les Parasols, Rungis
2006 : Des hommes sans histoire à la Galerie Musee des Arts Derniers
Vertiges de l’ame, Salle Attane, Saint-Yrieix
Black Paris, Iwalewa-Haus, Bayreuth
2007 : Black Paris, Musee des Cultures du Monde, Frankfurt
La Caravane Catalane en Algerie, Alger, Mostaganem, Bejaia
Multitude, exposition d’art contemporain, Ozoir-la-Ferrière
Le sang des ombres, galerie Etincelle, Alger
2008 : The British Museum’s Word into Art, DIFC, Dubai
Black Paris-black Brussels, musee d’Ixelles, Bruxelles
Hommage à M’Hamed Issiakhem, Taboudoucht, Algerie
2009 : Galerie du Musee des Arts Derniers
2010 : Miragens, Centro Cultural Banco do Brasil, Rio de Janeiro
Opening the Doors, Emirates Palace, Abu Dhabi
2011 : Miragens, Instituto Tomie Ohtake, São Paulo
Miragens, Museu Nacional de Cojunto Cultural da República, Brasilia
L’Ô d’ici, Saint-Yrieix La Perche
2012 : Rencontres Internationales d’Art Contemporain de Mostaganem
Festival des droits humains et des cultures du monde,
l’Haÿ-les-roses
« Reste le partage », Galerie KO21, Paris
Festival d’arts plastiques,
Hommage à M’Hamed Issiakhem, Paris
2013 : Contre L’Oubli, Ajouad Algérie mémoire, Paris
Les chercheurs d’os, L’assassinat de Tahar Djaout, Paris
2014 : Biennale de Dakar, Exposition internationale, Sénégal
« Liberté mon amour », Le prisonnier politique et son combat, Fête de l’Humanité.
Paris
Biennale Internationale d’Art Contemporain de Casablanca, Maroc
2015 : Arkane Afrika, Cathédrale du Sacré-coeur, Casablanca
Algérie au coeur, Villa Abdelatif, Alger
À l’Ombre d’Éros, l’amour, la mort, la vie!, Monastère Royal de Brou, Bourg-en-
Bresse
Territoires arabes, Palais de la culture, Constantine
Pueblos en resistencia, I Bienal Del Sur, Caracas, Venezuela
Parenthèse…, FIAC 2015, MAMA, Alger
Afrique à venir, Galerie KO21, Paris
2016 : Lignes de fuite, l’Arteppes, centre d’art contemporain, Annecy
AKAA, Foire d’Art contemporain et du design africain, Carreau du Temple, Paris
Afriques…ailleurs, Espace des Hauts de Belleville, Paris
2017 : L’Art algérien entre deux rives, Maison des Arts, Antony
Rencontres africaines, Château de Draveil

PUBLICATIONS :

Les effets du Voyage, éditions Amsaoui, 1995
Le Voyage des Exils, Nabile Farès, Kamel Yahiaoui, éditions de la Salamandre, 1997
50 ans Le Monde Diplomatique, éditions cercle d’Art, 2001
L’art du livre arabe, du manuscrit au livre d’artiste, Bibliothèque Nationale de France, 2001
Revue Africa e Mediterraneo 35-36, Bologne, 2001
Si Mohand, Crépuscule de Printemps, Youcef Nacib, Younes Adli, Enag Zyriab, 2002
Algérie cinq artistes, espace Paul Rébeyrolle Eymoutiers, 2003
Voyages d’Artistes – PARIS Musées, 2003
Arearevue)s( Les Méditerranées, n°5, 2003
Des Hommes sans Histoire ? Olivier Sultan, Collection d’Art, 2006
36 en 2006, éditions de L’Humanité
Black Paris, Kunst und Geschichte einer schwartzen diaspora, Thobias Wendl, Peter Hammer
Verlag, 2007
La géographie du danger, hamid Skif, éditions APIC, 2007
Black Paris-Black Brussels, Art et Histoire d’une Diaspora de 1906 à nos jours, Musée d’Ixelles,2008
Word Into Art, Artists of the modern Middle East, Venetia Porter, The British Museum Press, London and DIFC Dubaï, 2008
La frontière invisible, violences de l’immigration, éditions elema, 2008
Les Afriques Autrement, Maison des Arts de Bagneux, 2010
Art of the Middle East, Saeb Eigner, Merrell Publishers, 2010

Édition française : L’Art du Moyen-Orient, Saeb Eigner,éd. Toucan, 2010
Various Artists, ArtSpace, DIFC Dubaï, 2011
Algérie Littérature Action, Hors Série, Marsa éditions, 2011
Chevauchée humaine, Kamel Yahiaoui, KO21 éditions, 2013
DAK’ART 2014, catalogue de la 11ème biennale de l’art africain contemporain
Deuxième Biennale internationale de l’art contemporain, Casablanca, 2014,Un autre monde est pos-sible mais il est dans celui-ci, catalogue
À l’ombre d’Éros, l’amour, la mort, la vie!, SilvanaEditoriale, 2015
Territoires arabes, catalogue2015
Parenthèse…, catalogue FIAC 2015, MAMA,

Né en 1966 à Alger
Vit et travaille à Paris depuis 1991
Artiste permanent de la galerie KO21, Paris

FORMATION ARTISTIQUE

1985-1989 : École Nationale Supérieure des Beaux-Arts d’Alger
1990-1991 : École des Beaux-Arts de Nantes

EXPOSITIONS PERSONNELLES

1990 : Musee Adzak, Paris.
1995 : Galerie Sarah B., Paris.
1996 : Galerie “l’Expo”, Paris.
Universite des Sciences, Marrakech, Maroc.
1997 : Galerie Dominique Lang, Dudelange, Luxembourg.
1998 : Les Chercheurs du Jour, galerie Les Lumieres, Nanterre.
2000 : Musee des Beaux Arts d’Orleans
2002 : Galerie ARSET, Limoges. Galerie ART’O, Aubervilliers.
2003 : Maison des Bonheur, Magny-les-Hameaux. Lagalerie, Paris.
2004 : La Legende du Saint Buveur et projection du documentaire sur Kamel Yahiaoui, Les Yeux d’Orphee, cafevision, Limoges
2005 : Linge opprime, galerie de l’ACERMA, Paris
2006 : Rideau d’interrogation au Centre Culturel Algerien
2008 : Galerie du Musee des arts derniers, Paris
The dawn travellers, galerie ArtSpace, Dubai
Kamel Yahiaoui et Berluti, galerie ArtSpace, DIFC, Dubai
2009 : Fenetre du vent, Mediatheque Astrolabe, Melun
Les filtres au café Colibri, Paris
2013 : Un peintre et 19 poètes, Galerie KO21, Paris
2014 : Homotrace, Galerie KO21, Paris
2015 : Passeport d’existence, Galerie KO21, Paris
Perjuicios de identidad, Kalao Panafrican Creations, Bilbao
2016 : On nous a pas laissé que des usines, Galerie KO21, Paris

EXPOSITIONS COLLECTIVES

1986-1989 : Participation à diverses interventions et performances en Algerie.
1991 : Salon International des Artistes, Epinay sur Seine.
1993 : Hommage à Kateb Yacine, Institut du Monde Arabe,Paris.
1994 : Centre Culturel Algerien,Paris.
1995 : Galerie « l’Expo », Paris.
Les Effets du Voyage, Palais des Congres, Le Mans.
1996 : Les Artistes du Quai de la Gare invitent les artistes algeriens,
Quai de la gare, Paris.
Galerie Sarah B., Paris.
1997 : Galerie Nikki Diana Marquardt, Paris.
Identites,Diversites, la Ferme du Couvent, Torcy.
1998 : Arts et Rencontres, Musee des Ruralies, Niort.
La Communaute Urbaine de Bordeaux.
« La Galerie », Clermont-Ferrand.
Galerie ART’O, Aubervilliers.
Les Peintres du Signe, Fete de l’Humanite, La Courneuve.
La galerie l’Art et la Paix, St Ouen.
Les Parasols, Rungis.
De Quel Droit?, Musee de la Civilisation, Quebec.
1999 : Chateau de Draveil.
Chateau de Belval, Miramas, Marseille.
Galerie Ovadia, au theatre de la Manufacture et à la
Douira, Nancy.
Theatre Romain Rolland, Villejuif.
Centre Culturel Communal, Saint Pierre des Corps.
Palais des Congres, Grasse.
2000 : Exposition au Musee des Beaux-Arts d’Alger.
Musee Rigaud et à la Salle des Archives.
La Creation contemporaine en Algerie,
Bibliotheque Francophone Multimedia, Limoges.
Picasso graveur, Kamel Yahiaoui peintures sculptures,
Salle Attane, Saint-Yrieix.
2001 : Exposition à l’Abbaye de Royaumont.
GalerieAnissa, Marseille.
Musees Vivants, Lycee Jean Mace, Niort.
Chapelle Saint-Louis de la Salpetriere, Paris.
L’Art du Livre Arabe, Bibliotheque Nationale de France.
École Nationale des Beaux-Arts, Paris.
Galerie ART’O, Aubervilliers.
2002 : Docks du Sud, Marseille.
2003 : Espace Paul Rebeyrolle, Eymoutiers.
Le genie de la Bastille.
Voyages d’Artistes, Espace EDF Electra.
2004 : Malles d’artistes, Les Parasols, Rungis
2006 : Des hommes sans histoire à la Galerie Musee des Arts Derniers
Vertiges de l’ame, Salle Attane, Saint-Yrieix
Black Paris, Iwalewa-Haus, Bayreuth
2007 : Black Paris, Musee des Cultures du Monde, Frankfurt
La Caravane Catalane en Algerie, Alger, Mostaganem, Bejaia
Multitude, exposition d’art contemporain, Ozoir-la-Ferrière
Le sang des ombres, galerie Etincelle, Alger
2008 : The British Museum’s Word into Art, DIFC, Dubai
Black Paris-black Brussels, musee d’Ixelles, Bruxelles
Hommage à M’Hamed Issiakhem, Taboudoucht, Algerie
2009 : Galerie du Musee des Arts Derniers
2010 : Miragens, Centro Cultural Banco do Brasil, Rio de Janeiro
Opening the Doors, Emirates Palace, Abu Dhabi
2011 : Miragens, Instituto Tomie Ohtake, São Paulo
Miragens, Museu Nacional de Cojunto Cultural da República, Brasilia
L’Ô d’ici, Saint-Yrieix La Perche
2012 : Rencontres Internationales d’Art Contemporain de Mostaganem
Festival des droits humains et des cultures du monde,
l’Haÿ-les-roses
« Reste le partage », Galerie KO21, Paris
Festival d’arts plastiques,
Hommage à M’Hamed Issiakhem, Paris
2013 : Contre L’Oubli, Ajouad Algérie mémoire, Paris
Les chercheurs d’os, L’assassinat de Tahar Djaout, Paris
2014 : Biennale de Dakar, Exposition internationale, Sénégal
« Liberté mon amour », Le prisonnier politique et son combat, Fête de l’Humanité. Paris
Biennale Internationale d’Art Contemporain de Casablanca, Maroc
2015 : Arkane Afrika, Cathédrale du Sacré-coeur, Casablanca
Algérie au coeur, Villa Abdelatif, Alger
À l’Ombre d’Éros, l’amour, la mort, la vie!, Monastère Royal de Brou, Bourg-en-Bresse
Territoires arabes, Palais de la culture, Constantine
Pueblos en resistencia, I Bienal Del Sur, Caracas, Venezuela
Parenthèse…, FIAC 2015, MAMA, Alger
Afrique à venir, Galerie KO21, Paris
2016 : Lignes de fuite, l’Arteppes, centre d’art contemporain, Annecy
AKAA, Foire d’Art contemporain et du design africain, Carreau du Temple, Paris
Afriques…ailleurs, Espace des Hauts de Belleville, Paris
2017 : L’Art algérien entre deux rives, Maison des Arts, Antony
Rencontres africaines, Château de Draveil

PUBLICATIONS :

Les effets du Voyage, éditions Amsaoui, 1995
Le Voyage des Exils, Nabile Farès, Kamel Yahiaoui, éditions de la Salamandre, 1997
50 ans Le Monde Diplomatique, éditions cercle d’Art, 2001
L’art du livre arabe, du manuscrit au livre d’artiste, Bibliothèque Nationale de France, 2001
Revue Africa e Mediterraneo 35-36, Bologne, 2001
Si Mohand, Crépuscule de Printemps, Youcef Nacib, Younes Adli, Enag Zyriab, 2002
Algérie cinq artistes, espace Paul Rébeyrolle Eymoutiers, 2003
Voyages d’Artistes – PARIS Musées, 2003
Arearevue)s( Les Méditerranées, n°5, 2003
Des Hommes sans Histoire ? Olivier Sultan, Collection d’Art, 2006
36 en 2006, éditions de L’Humanité
Black Paris, Kunst und Geschichte einer schwartzen diaspora, Thobias Wendl, Peter Hammer
Verlag, 2007
La géographie du danger, hamid Skif, éditions APIC, 2007
Black Paris-Black Brussels, Art et Histoire d’une Diaspora de 1906 à nos jours, Musée d’Ixelles,
2008
Word Into Art, Artists of the modern Middle East, Venetia Porter, The British Museum Press,
London and DIFC Dubaï, 2008
La frontière invisible, violences de l’immigration, éditions elema, 2008
Les Afriques Autrement, Maison des Arts de Bagneux, 2010
Art of the Middle East, Saeb Eigner, Merrell Publishers, 2010
Édition française : L’Art du Moyen-Orient, Saeb Eigner,éd. Toucan, 2010
Various Artists, ArtSpace, DIFC Dubaï, 2011
Algérie Littérature Action, Hors Série, Marsa éditions, 2011
Chevauchée humaine, Kamel Yahiaoui, KO21 éditions, 2013
DAK’ART 2014, catalogue de la 11ème biennale de l’art africain contemporain
Deuxième Biennale internationale de l’art contemporain, Casablanca, 2014,Un autre monde est possible
mais il est dans celui-ci, catalogue
À l’ombre d’Éros, l’amour, la mort, la vie!, SilvanaEditoriale, 2015
Territoires arabes, catalogue 2015
Parenthèse…, catalogue FIAC 2015, MAMA,

LIENS :
www.kamelyahiaoui.com
http://www.ko21.fr/